La Carène // Brest

19 novembre 2016 - 20h30

En co-production avec La Carène

Billetterie

Etape 11 => soirée méchante (mais un peu gentille quand même)

HOUSEWIVES (UK)
Experimental no wave noise London

Avant rock, art punk, no wave, les étiquettes cérébrales pour qualifier la musique de Housewives ne manquent pas. Ce serait pourtant passer à côté de la dimension physique et primale de la musique de ces jeunes londoniens découverts par le label français Hands In The Dark. Enregistrée dans une ferme et rehaussée de percussions jouées à même des bouts de métal, la musique de Housewives se pare avec talent de l’héritage indus et en garde la sève : sauvagerie et électricité sombre. Souvent armés d’instruments faits maison, ils explorent des textures sonores uniques qui créent un son progressif stimulant.

CANTENAC DAGAR (FR)
Friction, cordes et K7

Duo construit sur un instrumentarium restreint et très personnel (banjo, cloches, rythmique avec la bouche et lecteur k7), Cantenac Dagar délivre une énergie brute. Sans paroles, leur musique tient au souffle, à la friction des cordes et des K7. Dans cet immense tissu organique et minimal, le duo insiste jusqu’à épuisement.
(Délivrance, Toulouse, Isola Records, Tomaturj, SK Records)

Stéphane Barascud banjo, pédales
Aymeric Hainaux percussion vocale, lecteur cassette, cloches

JESSICA93 (FR)
Dark pop sombre et hypnotique

On pense à Cure, à Joy Division ou encore à Bloody Valentine, et pourtant Geoffroy Laporte ne jure que par le grunge, ce qui ne l’empêche pas de proposer une version bien à lui, bien loin du son de Seattle.
A lui ? Non à eux, puisque les Jessica93 sont maintenant trois. Si Geoffroy n’avait déjà besoin de personne pour atteindre le mur du son, il est à peu près certain que le trio risque de faire beaucoup beaucoup de bruit. Mais du joli bruit, car ses titres sont autant de tubes qui vous imprègnent pour la journée entière.

Geoffroy Laporte guitare, voix
Antoine Quincerot basse
Maxime Roquet guitare

PERE UBU (USA)
THE MOON UNIT


Figure majeure du post-punk, Pere Ubu est issu de la scène mythique de Cleveland. David Thomas, son leader, est aussi un membre appointé de la confrérie des Grands Singuliers, où il tranche par sa carrure et son caractère légendaire. Depuis 1975, le groupe construit des disques où se télescopent l’avant-garde et un rock garage hirsute et vilain comme on les aime. Carnival of Souls est le dernier volet d’une trilogie de BO de films d’horreur de série B (!) : Pere Ubu y joue ce qu’il joue le mieux, une dark pop sur lit de textes abrasifs, un blues d’un âge qui n’a pas encore existé, ou plutôt si... dans l’esprit tordu de maître Thomas !

Après un retour remarqué à l’Etrange Festival, au Limbo Festival et à Rennes au club de l’Ubu (a deux pas du lieu ou Alfred Jarry a écrit Ubu Roi, ça ne s’invente pas), Pere Ubu reprend du service pour partager son univers torturé fait d’ambiance cinématographiques, de contes sans queue ni tête… Un grand poète rock inclassable, inqualifiable, effrayant, merveilleux.

David Thomas voix
Steven Mehlman batterie
Keith Moliné guitar, choeurs
Darryl Boon clarinette
Gagarin electronica